The Balkanik Gospel

Un album de Louange venu des Balkans !

The Balkanik Gospel, sorti en 2015. Ecrit par Rona Hartner et the Zuralia Orchestra

Rona Hartner est bien connue par les amateurs de la culture tsigane, car elle en est une ambassadrice au cinéma depuis les années 1990.

D’origine allemande, mais née en Roumanie, en 1973, Rona Hartner se passionne très tôt pour le cinéma et la musique. Après la révolution roumaine, elle s’inscrit à l’université pour suivre des cours d’art dramatique, et elle rencontre le réalisateur Tony Gatlif. C’est lui qui lui donne son premier grand rôle au cinéma dans Gadjo Dilo.
L’actrice arrive en France en 1997, à l’occasion de la sortie du film, et se fait connaître du grand public par son franc parler et son énergie ! Et aussi par sa foi, qu’elle n’a jamais caché : elle n’hésite pas à parler de Dieu sur les plateaux TV, et se donne depuis le début de sa carrière une autre mission à travers son art : pour elle, le monde d’aujourd’hui se distrait beaucoup, mais n’a pas forcément la joie...

Elle a depuis joué dans une vingtaine de films, tous des choix de carrière, puisqu’elle a refusé beaucoup de scénarios où les rôles de femme étaient mal écrits, clichés et ingrats... Elle a en parallèle participé à la réalisation d’une dizaine d’albums, seule ou en collaboration, puisque l’actrice est aussi musicienne ! Chanteuse, saxophoniste, guitariste, pianiste, elle a même travaillé avec un DJ...

The Balkanik Gospel est un album écrit "pour le seigneur" ! Rona Hartner vient d’une famille un peu hippie, très libre : ses parents étaient artistes, et elle a choisi de se faire baptiser à 17 ans. Elle dit souvent en interview que "Dieu a dû déployer les grands moyens" pour venir la chercher.

Rona Hartner en a composé la musique et écrit les paroles, en français, mais aussi en roumain, en anglais et en espagnol ! Elle voulait proposer pour la première fois un album de louange "venant de la culture tzigane", et exprimer sa foi de façon plus personnelle.
Elle est d’ailleurs accompagnée d’une fanfare roumaine, le Zuralia Orchestra, un brass band et deux chanteurs. Et tous ne sont pas chretiens : ce qui les réunit est avant tout l’amour de la musique et l’envie de partager leur culture.

L’album mêle les styles gospel, fanfare jazz et musique des balkans, avec une maîtrise vocale très impressionnante. Le style "balkanique" est difficile à chanter, beaucoup de vocalises improvisés, de jeux de questions réponses avec les cuivres et il faut une grande puissance vocale pour tenir un morceau sans fatiguer...

Une musique énergique et entraînante à découvrir !

Un petit extrait ?

https://www.youtube.com/watch?v=iVU...

Plus D’informations