Pourquoi les vaches ressuscitent (probablement)

Les animaux vont-ils au Paradis ?

"Pourquoi les vaches ressuscitent (probablement)" est un essai de Franck Dubois, jeune frère dominicain, professeur et maître des novices au couvent de Strasbourg.

Un essai, qui démarre avec cette question : « Si nous, hommes, et créatures, sommes appelés à la résurrection, pourquoi pas toutes les autres créatures de Dieu ? »
Franck Dubois a eu l’idée du livre en se remémorant une tragédie familiale... Sa mère lui a offert un lapin lorsqu’il était enfant, Cicéron. Mais sa grand mère profite un jour de son absence pour le faire passer à la casserole... Plus sérieusement, l’auteur a aussi écrit une thèse sur Grégoire de Nysse, père de l’Eglise du IV siècle. Celui-ci se posait déjà la question de l’association de la Création au dernier moment du monde et à la Rédemption des humains, déjà évoquée dans le huitième chapitre la Lettre aux Romains de St Paul.

Si Dieu est présent en tout, tout retournera à Dieu. Mais il ne dépend pas de la vache d’accéder au ciel. À proprement parler, elle ne " ressuscite " pas, mais elle est associée au mystère de la résurrection des hommes. Loin d’être " jetable ", la création entière est appelée à passer en Dieu. Elle n’est pas qu’un simple décor, qui sera abandonné à la fin de l’histoire, mais une réalité avec laquelle il faudra compter dans l’au-delà. Dieu est présent au coeur de toute réalité matérielle. Il ne se désintéresse pas du monde physique. Tout au contraire, il l’a créé pour qu’il demeure éternellement et qu’il se perfectionne. L’Homme, créé à l’image de Dieu, est capable d’inventer, d’améliorer, de protéger cette Création voulue et donnée par Dieu. D’où nos questions : Le chauve recouvrera-t-il ses cheveux là-haut ? Mon poisson rouge pourra-t-il enfin parler ? Ce que nous détruisons sera-t-il réparer au Paradis ? Une chose est sûre, il y aura bien du monde dans " l’ascenseur " qui nous mènera au paradis.

Pour étayer sa réflexion, l’auteur utilise de très nombreuses citations bibliques, théologiques et philosophiques. Il nous propose un plaidoyer plein d’humour, à lire et à relire pour en extraire la densité.

Editions du Cerf, septembre 2019, 14€