Monsieur le Curé fait sa crise

Quand un curé pète les plombs...

Le best-seller des éditions Quazar : Monsieur le Curé fait sa crise ! Sorti en 2016 et écrit par Jean Mercier, ancien rédacteur en chef du magazine La vie.

L’abbé Benjamin n’en peut plus : les bonnes dames de la paroisse se détestent et se crêpent le chignon pour des histoires de fleurs, une pétition est lancée contre lui par un père de famille "tradi", la dame cathé est outrée qu’il propose le sacrement des réconciliation aux parents ("On se croirait revenu avant Vatican II !"), son évêque ne l’écoute plus... Alors un jour, il craque, et disparaît !

Sous la forme d’une fable contemporaine, l’auteur s’inspire de petites histoires vraies pour reconstituer le quotidien d’un curé de paroisse : L’abbé Benjamin, cinquantenaire, se retrouve confronté aux petites chamailleries dans une communauté où l’ego, la jalousie, le manque d’investissement et de soutien l’isole encore plus. Sa fuite est un aveu d’échec : non pas parce qu’il n’est pas capable de tout faire, mais parce qu’il n’arrive pas à accepter ses failles et ses faiblesses. Pour présenter son personnage, l’auteur écrit que « Ce prêtre est confronté à l’image de ce qu’il aurait aimé être à 50 ans, et qu’il n’est pas. Il est aussi un homme comme les autres. Je raconte une crise de soi plutôt qu’une crise de foi »

Quand aux paroissiens, ils vont découvrir que plus que la force des mots, ce sont les actes qui témoignent de l’engagement. Leurs réactions nous donnent à penser la place des laïcs : chacun est appelé à s’investir, pour aider le prêtre à ne pas devenir qu’un gestionnaire ou un chargé de projet !

Lorsque Benjamin Bucquois, le héros du roman, part se cacher dans le fond de son jardin, il se coupe de son téléphone et d’internet, fatigué des sollicitations incessantes. Et si l’enjeu était de replacer internet comme un outil, un espace de rencontre à maîtriser ? Nos prêtres sont toujours en train de se poser la question : comment rester un disciple de la rencontre derrière son écran, et comment rassembler des brebis avec une souris ?

Une lecture à conseiller aux prêtres comme aux paroissiens !

Pour les prêtres, c’est l’occasion d’avoir un personnage qui est aussi miroir de leurs limites et de leurs forces, avec un peu d’auto-dérision. Pour les laïcs, c’est une porte ouverte pour aimer et aider les prêtres, comme ils sont et non pas comme on aimerait qu’il soit.